Les réflexes à adopter

 

Le Parc naturel régional du Haut-Jura est un paradis pour les activités de pleine nature. Mais ce territoire si singulier est avant tout une montagne qui abrite une faune et une flore remarquables, fragiles et sensibles au dérangement. Lors de vos escapades en raquettes, en ski ou encore en randonnée à pieds, en VTT ... en adoptant des attitudes simples et en respectant les règlementations, vous pouvez minimiser votre impact. Ces quelques principes ne vous empêcheront pas de profiter pleinement des plaisirs de la montagne. Au contraire, en pratiquant vos loisirs préférés en pleine conscience vous augmentez vos chances d’observer de jolies scènes de vie sauvage.

 


Réflexe n°1

Je privilégie les itinéraires balisés

Dans la nature, je reste sur les chemins et sentiers balisés. Ainsi, je diminue le dérangement des animaux et évite le piétinement d’espèces végétales fragiles, de nids (certaines espèces nichent au sol), d’habitats. Ceci est aussi important l’hiver, quand la faune et la flore sont encore plus vulnérables. A cette même période, faire sa propre trace c’est créer un itinéraire susceptible d’être utilisé par un grand nombre de pratiquants derrière moi. Dès le printemps, lorsque les agriculteurs remettent en pâture leur bétail, il est important de respecter leur travail en utilisant les passages VTT, en refermant bien les barrières derrière mon passage.


150624-vtt-2444.jpg

 

 

 

 

Réflexe n°2

Je respecte la règlementation liées aux zones protégées

Avant mon départ, je vérifie si l’itinéraire que j’ai prévu d’emprunter se situe dans une zone réglementée ou dans une zone de quiétude.

Je peux ainsi prendre connaissance de la réglementation en vigueur  mais également des espèces présentes que je pourrais peut-être observer lors de ma randonnée. Ces zones sont détaillées dans la page "Quelles sont les zones protégées" et également identifiables sur le site et l'application Haut-Jura Rando.


141217-arbey-1006.jpg 

 

 

Réflexe n°3

Je reste le plus discret possible !

Je gère mes montées d’adrénaline de manière silencieuse ! Le bruit est un des premiers facteurs de fuite pour la faune. 

J’évite de crier, je parle doucement. Je prends le temps d’écouter les bruits de la nature !

Cette dernière nous récompense souvent avec de belles rencontres…

Je proscris l’usage du drone, je garde les images de cette belle journée dans ma tête, mon appareil photo ou smartphone.

 


Colomby_de_Gex_en_hiver_CC-by-SA_4.0.jpg

 

 

 

Réflexe n°4

Quand mon chien est autorisé, je le tiens en laisse

Les chiens en liberté sont perçus comme des prédateurs par une grande majorité des espèces. Ils peuvent provoquer la fuite des animaux sauvages et compromettre leur survie. Attention ! Dans certaines zones protégées, les chiens, même tenus en laisse, sont interdits.Renseignez-vous avant de choisir votre parcours.


walking-in-the-forest-4163456_640_FOtorade_Pixabay.jpg

 

 

 

Réflexe n°5

Je privilégie les activités en journée

La nuit, la faune est habituée au calme et à l’absence d’activité humaine.Et, avec ma lampe, j'augmente les risques de dérangement.

L’aube et le crépuscule sont des moments où les animaux sont les plus actifs pour chercher leur nourriture.

Je privilégie les activités en journée et en cas d’itinérance, je privilégie la nuitée en refuge.
Attention ! Le camping et le bivouac sont réglementés dans certaines zones protégées.


150111-gtj-4309.jpg

 

Réflexe n°6

En observation, je tiens mes ditances

En cas d'observation d'un animal sauvage, je tiens mes distances, je fais silence et j’apprécie l’instant !

Je contourne au maximum, si je peux, les animaux pour éviter toute perturbation.

 

 

Et le bivouac dans tout ça? 

Qu’entend-t-on par Bivouac ? Les définitions varient sensiblement. Sur le territoire du Parc du Haut-Jura, il s’agit d’un campement sommaire (sans tente quand les conditions de sécurité le permettent), établi pour une seule nuit après le coucher du soleil, et démonté avant le lever du soleil. Ce campement ne doit en aucun cas impacter le milieu sur lequel il est installé, et aucune trace de ce dernier ne doit être visible.

 

Quelques conseils et règles à suivre. Sachez tout d’abord qu’il n’est pas permis de bivouaquer où bon nous semble. Le principe de propriété (vous êtes tout le temps chez quelqu’un) nécessite une autorisation du propriétaire des lieux, qu’il soit privé ou public. Et même en cas d’autorisation, il faudra se conformer à certaines règles (distance réglementaire des routes ou sentier, réglementation sur les feux, etc.).

Les zones naturelles protégées citées précédemment disposent de leur propre règlement concernant le bivouac ou l’interdisent (c’est le cas en zone APPB par exemple) : il est donc nécessaire de se renseigner avant d’étendre son duvet le soir venu.

On privilégiera le bivouac à proximité directe des sentiers balisés, refuges ou villages (sauf interdiction formelle des propriétaires).

On évitera la proximité d’un troupeau pour des raisons de sécurité et de dérangement. Quand celui-ci est toléré, on conseillera de bivouaquer à plus de 70 mètres des lacs et rivières : pour notamment protéger la faune qui se rend quotidiennement à ce point d’eau, et pour des raisons de sécurité (le débit d’un cours d’eau change rapidement en cas d’orage). Prendre un peu de hauteur, c’est beaucoup plus sûr.

Evidemment, il est impératif de ne pas laisser de traces : ramener l’ensemble de ses déchets (incluant le papier toilette par exemple), les excréments sont à limiter et à réserver pour des trous, ne laissez jamais de nourriture pour la faune sauvage, etc. Sachez vous fondre dans le paysage en somme !

 

Puis-je allumer un feu ? La plupart du temps, le feu est interdit (arrêtés préfectoraux). Il l’est dans tous les cas en forêt, ou à moins de 200m de celle-ci. Si la réglementation l’autorise, l’allumage d’un feu de camp est à privilégier en situation de stricte nécessité et doit s’effectuer selon des règles pour ne pas propager d’incendies (endroits secs à l’abris du vent, déblayage du sol, feux de petite taille faciles à contenir, disposer d’eau à proximité, etc.).

 

 

La pratique des sports motorisés
La charte du Parc 2010 – 2025 précise que, contrairement aux autres activités de pleine nature, les sports motorisés n’ont pas vocation à être développés sur le territoire du Parc, pour des raisons de tranquillité et de sécurité des autres usagers, de protection des paysages, des milieux naturels et des espèces. Pour en savoir plus sur ces pratiques

 

CONTACT Parc : Julien Ruelle

 

 

Le programme Quiétude Attitude s'inscrit dans le cadre du programme européen LEADER 2015-2020 "Haut-Jura, la chaîne de valeur durable". Il est réalisé grâce au soutien financier de la Région Bourgogne-Franche-Comté et de l'Union Européenne (FEADER) mais aussi de l'Agence nationale de la cohésion des territoires et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

barre_logos_LEADER_BFC.jpg

Commissariat-massif-Jura.png
2017-02-01_Logo_ARA_grand.png
Tout savoir sur le Parc
Ses missions, son projet
Le Parc, un territoire d'exception
Paysages, espèces, savoir-faire
Révision de la Charte
Vers un nouveau projet de territoire en 2041
Jura, le temps d'une montagne
Un film pour présenter le massif du Jura
Les Délégués du Parc
Leur rôle, les outils mis à leur disposition
Découvrir la Maison du Parc
Exposition permanente Haut-Jura, terre vivante
Quiétude attitude
Pratiquer mes loisirs en respectant la nature
HAUT-JURA RANDO
Trouvez votre randonnée sur mesure
Publications
Toutes les publications éditées par le Parc
Marchés, procédures
Marchés publics et consultations
Délibérations
Délibérations officielles du syndicat mixte du Parc
Bonnes pratiques
Conseils, informations