Restauration de l'Espace de Bon Fonctionnement de la Bienne à Jeurre

 

Début 2021, le Parc naturel régional du Haut-Jura lance une ambitieuse opération de restauration du bon fonctionnement de la Bienne sur le site des anciennes carrières de Jeurre. Une opération exceptionnelle sur 1km de cours d’eau qui allie différents enjeux liés à la fois à la morphologie de la rivière, à la qualité des milieux naturels, au risque inondation … et qui démontre l’intérêt d’une action transversale et d’ampleur.

 

La Bienne, une rivière fortement modifiée par l’Homme

Au cours des 150 dernières années, la Bienne a connu de nombreux bouleversements liés à l’activité humaine. Au XIXème siècle, il y a d’abord eu la suppression des blocs du cours d’eau à l’explosif pour laisser passer les bateliers qui déplaçaient sur l’eau les arbres coupés à destination de Lyon. Plus tard, ce sont les premiers barrages, comme celui d’Etables construit en 1930 pour la production d’électricité, qui ont bloqué le transport des sédiments d’amont en aval, créant ainsi une incision du lit de la rivière.

 

Au XXème siècle, la canalisation du cours d’eau s’est prolongée avec la construction de digues, de grands ouvrages (ponts), de seuils pour les usines ou encore l’enrochement de certaines berges destiné à limiter l’érosion. Tous ces travaux ont fortement réduit la mobilité de la rivière, c’est-à-dire sa capacité à faire évoluer naturellement son lit au fil des crues et à dissiper son énergie. Il faut ajouter à cela la pollution chimique liée notamment à l’activité industrielle qui a fait sensiblement baisser la qualité de l’eau de la Bienne.

Depuis les années 1950, l’extraction des graviers dans le lit mineur est venue renforcer cette tendance.

 

Aujourd’hui le tracé du cours d’eau n’évolue quasiment plus et son lit s’est enfoncé de près de 2,50 mètres par endroit. La communication avec les milieux humides latéraux est ainsi très faible, et on observe une baisse de diversité des espèces et milieux naturels présents sur ce site classé Natura 2000.

 

Bienne_1938_Jeurre.JPG

Bienne_1984_debut_exploitation_Perrier_jeurre.JPG Bienne_2015.JPG

La Bienne à Jeurre en 1938, des bancs de

matériaux actifs et un lit majeur disponible

dans son intégralité

La Bienne exploitée par l’entreprise

Perrier en 1984

La Bienne à Jeurre en 2015

 

Un ambitieux programme de restauration du bon fonctionnement de la rivière

Après l’arrêt de l’extraction des matériaux sur les carrières de Jeurre et Lavancia en 2015, et face au constat de dégradation de la rivière, le Parc naturel régional du Haut-Jura a souhaité s’emparer des enjeux de ce site. Une étude a d’abord été menée par l’Université de Lyon pour comprendre de manière précise le fonctionnement de ces sites. Suite à cette étude, le Parc, accompagné par le bureau d’études Artelia, a élaboré une opération de restauration du bon fonctionnement écologique de la Bienne sur ces sites en commençant par le site de Jeurre.

 

Cette opération d’envergure concerne 1 km de cours d’eau et plusieurs dizaines d’hectares de terrain. Elle allie, avec une ambition forte, réduction du risque de capture par les anciennes gravières et restauration maximale de l’Espace de Bon Fonctionnement, en poursuivant plusieurs objectifs :  

  • Restaurer un fonctionnement le plus naturel possible du cours d’eau suite à l’exploitation des carrières ;
  • Mieux prévenir les inondations en restaurant le champ d’expansion de crue, c’est-à-dire les endroits où la rivière peut s’épandre sans créer de dommages aux biens et aux personnes ;
  • Diminuer la surface des plans d’eau de l’ordre de 2.7 ha au profit de milieux alluviaux qui connectent plus facilement avec la Bienne lors des crues ;
  • Réduire le risque de captage de la Bienne, particulièrement élevé sur le site ;
  • Gérer les espèces végétales exotiques envahissantes ;
  • Favoriser la diversité des milieux naturels et des espèces autochtones

… tout en préservant les autres usages du site, au profit des populations riveraines.

 

 

Un risque de capture c’est quoi ?

La capture du lit mineur par une gravière à l’occasion d’une crue constitue un cas extrême au cours duquel le trajet de l’écoulement est définitivement modifié. La capture survient quand il se produit une connexion en un point amont et en un point aval entre la gravière et le cours d’eau, associée à un déplacement du lit mineur dans la gravière.

 

capture-allier.png capture-litmineur-allier.png

Exemple de la capture du lit de l’Allier par la gravière

de Chappes à Auzon (43)

Capture du lit mineur de l’Allier par une gravière au lieu-dit

Pont Lamothe à Brioude (Haute-Loire) suite à la crue de 1994



La réglementation relative aux dispositions prévues dans l’arrêté ministériel du 24 janvier 2001 modifiant l’arrêté du 22 septembre 1994, spécifiques aux gravières définit des « espaces à risque de capture de la rivière » (risque de déplacement du lit mineur) étant admis que la capture d’un cours d’eau par une gravière peut avoir des effets hydrauliques et géodynamiques très négatifs :

  • Changement brutal de tracé avec rupture de digue
  • Phénomènes d’incision du lit dus aux érosions régressives et progressives
  • Mise en péril des ouvrages d’art ou protections de berges en amont de la gravière
  • Disparition du substrat alluvionnaire et de ses fonctions biologiques.

 

 

crue_jeurre_2021_risque-capture.JPG

La preuve en temps réel ! Illustration du risque de capture de la Bienne par les gravières

lors de la crue de 2021.Cela illustre le besoin de pace de La Bienne  !

 

 

Un chantier hors-norme

Il s’agit donc d’un chantier hors-norme de par la dimension du cours d’eau ; de par la nature du site, classé Natura 2000 et des travaux engagés, en l’occurrence la réhabilitation d’une carrière en bord de cours d’eau, mais aussi de par son caractère exceptionnel (quelques chantiers de ce type seulement réalisés en France).

 

Le chantier va se dérouler en deux grandes phases :

  • Janvier – Mars 2021 : travaux préparatoires avec préparation des accès, déboisement des emprises, gestion des espèces invasives notamment, premiers terrasements ;  
  • Août – Novembre 2021 : travaux de terrassement avec suppression des remblais/digues, remodelage du lit de la Bienne et des plans d’eau, plantations…

 

Cette opération est réalisée par le syndicat mixte du Parc naturel régional du Haut-Jura, qui en assure la maitrise d’ouvrage au titre du Grand cycle de l’eau et de la compétence GEMAPI.

Elle s’intègre dans le cadre du contrat Haute-Vallée de l’Ain et de l’Orbe signé avec l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse.

La maitrise d’œuvre est assurée par Artelia / CD Eau Environnement.

Le montant des travaux est de 1 067 221 € TTC dont les financements se répartissent ainsi :

  • 70% Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse
  • 10 % Région Bourgogne-Franche-Comté et
  • 20 % PNR du Haut-Jura.

 

 

digue_zone_mediane.jpg nettoyage_anciens_dechets.jpg purge_foyers_espespeces_invasives.jpg

Vue de la digue qui sera supprimée sur le

secteur médian du chantier


Beaucoup d’anciens déchets sur site qui sont

collectés et triés vers les filières adéquates


Foyers d’espèces invasives (ici renouée du Japon)

et premières purges lors de la phase 1


vue_depuis_plateforme_JSTP.JPG vue_ensemble_site_web.jpg zone_aval.JPG

Vue aérienne du système de remblais/digues

et des anciens fosses d’extraction

Vue aérienne de l’ensemble du site et de

l’avancement des travaux le long de la Bienne

Vue aérienne de l’avancement des travaux sur la

zone aval et marquage des foyers de renouées

du Japon

 

 

Et après : quel devenir pour le site de Jeurre ?

Le foncier de ce site était complexe. Une petite partie communale avec aussi du domaine public fluvial et du domaine privé au nord ; de la pêche sur certains plans d’eau mais peu réglementé (à cheval entre domaine public et privé, ou entièrement privé) ; une réserve de chasse en partie sud (le long de la route) ; une plateforme privée, unique accès du site…

Dans le cadre des travaux, le Parc a rachèté les gravières jusqu’à lors privées, en dehors de la plateforme qui reste privée. En effet, l’entreprise Perrier est reprise par Jura Sud Terrassement qui conserve la plateforme pour une activité de tri/concassage/recyclage de matériaux. L’ensemble du projet doit donc respecter ce choix de conserver une activité sur ce site. Un accès communal sera réalisé (jusqu’à maintenant inexistant car le site est entièrement privé), évitant un accès via la plateforme.

Dans un deuxième temps, le site sera rétrocédé à l’euro symbolique par le Parc à la commune et des obligations réelles environnementales mises en place. L’ensemble des acteurs (pêcheurs, chasseurs, état, commune…) seront conviés pour échanger sur le devenir du site et les modalités de gestion.

 


Tout savoir sur le Parc
Ses missions, son projet
Le Parc, un territoire d'exception
Paysages, espèces, savoir-faire
Les Délégués du Parc
Leur rôle, les outils mis à leur disposition
Jura, le temps d'une montagne
Un film pour présenter le massif du Jura
Découvrir la Maison du Parc
Exposition permanente Haut-Jura, terre vivante
Quiétude attitude
Pratiquer mes loisirs en respectant la nature
HAUT-JURA RANDO
Trouvez votre randonnée sur mesure
Publications
Toutes les publications éditées par le Parc
Marchés, procédures
Marchés publics et consultations
Délibérations
Délibérations officielles du syndicat mixte du Parc
Bonnes pratiques
Conseils, informations