Forêts et scolytes

 

Depuis 2018, des attaques de scolytes d’ampleur épidémique touchent le Nord-Est de la France. Les régions Grand-Est et Bourgogne-Franche-Comté sont particulièrement atteintes. Le volume de bois scolytés sur ces deux régions est estimé à sept millions de mètres cube (DSF, juillet 2020).


Les scolytes, qui sont-ils ?

Les scolytes sont une famille de coléoptères xylophages de petite taille. Le scolyte typographe (Ips typographus) s’attaque aux Epicéas et il est particulièrement dévastateur. Les femelles fécondées creusent des galeries sous l’écorce et y déposent leurs œufs. Après l’éclosion les larves se développent perpendiculairement de part et d’autre de la galerie principale ce qui forme un schéma caractéristique [photo]. Le développement des insectes détruit des cellules permettant la circulation de la sève ce qui provoque la mort de l’arbre. A chaque génération les scolytes se multiplient rapidement, une femelle peut pondre jusqu’à 80 œufs.

Les scolytes sont des parasites secondaires, ils s’attaquent aux arbres affaiblis (par la sécheresse par exemple). Cependant, à un niveau épidémique, ils peuvent attaquer des arbres sains. Ces derniers ont des mécanismes de défense mais si le nombre d’attaques devient trop important, l’arbre ne peut plus lutter.

Dans le paysage, les groupes d’arbres atteints depuis un certain temps sont facilement repérables grâce à la couleur des houppiers rouges ou gris selon l’ancienneté de l’attaque. [photo DSF foyer]. Dans ce cas, les scolytes se sont déjà envolés et ont colonisé d’autres arbres. Il est compliqué de détecter précocement les scolytes. La couleur des houppiers est un indice intervenant trop tardivement. Des indices plus discrets comme la présence de sciure rousse par exemple permettent de détecter une attaque récente.

 

pessieresscolytees_Doubs_EricPagnier.jpg

Photo : E. Pagnier, correspondant-observateur du Département de la Santé des Forêts (DSF)


Les conséquences des attaques de scolytes

Les attaques de scolytes ont un impact négatif sur la valeur des Epicéas. Cependant si les bois sont exploités rapidement, ils conservent leurs qualités mécaniques. L’attaque s’accompagne souvent du développement d’un champignon qui provoque un bleuissement du bois. Ce champignon ne détériore pas les qualités mécaniques mais la couleur qu’il procure au bois rend sa commercialisation difficile pour certains usages. L’ampleur de la crise a provoqué une saturation du marché et une baisse des prix de l’Epicéa

Dans les lieux fréquentés, la présence d’arbres scolytés pose des problèmes de sécurité. Situés au bord des routes ou des chemins de randonnées par exemple, les bois secs sont peu stables et risquent de tomber.

D’un point de vue environnemental, les bois scolytés non exploités représentent des quantités importantes de bois mort. Ce dernier a un rôle essentiel pour la biodiversité forestière et il est souvent peu présent dans nos forêts. Certaines espèces caractéristiques pourraient tirer profit des bois scolytés.


 

Les raisons d’une telle intensité des attaques

Plusieurs facteurs favorisent le développement des scolytes. Les températures hivernales étant moins rudes qu’autrefois, la mortalité au cours de cette saison est donc moins conséquente.  De plus, les tempêtes hivernales plus fréquentes créent des chablis et donc des habitats potentiels pour les scolytes. Enfin, le climat chaud et sec au printemps permet un développement rapide des scolytes et des envols précoces.


Photo : Brigitte Mesnier, correspondant-observateur DSFGaleries_CotedOr_BrigitteMesnier.jpg

 

Les scolytes s’attaquent en priorité aux arbres affaiblis qui ont alors plus de difficultés à se défendre. Les plantations d’Epicéa en plaine datent principalement de la période du Fonds Forestier National et ne sont pas situées à leur optimum écologique (trop bas en altitude). De ce fait, elles ne sont pas adaptées aux périodes de sécheresse que nous connaissons aujourd’hui. De plus, les plantations monospécifiques sont souvent plus vulnérables aux attaques de scolytes.  Ainsi, les Epicéas de plaine sont voués à terme à disparaître.

A l’inverse les pessières situées au-dessus de 900 mètres sont en temps normal peu exposées aux scolytes. Du fait de l’altitude (peut-être aussi la structure des peuplements), les attaques sont rares et peu intenses. Cependant la pression en plaine est telle que ces pessières sont aujourd’hui menacées. Contrairement aux plantations de plaines, les pessières d’altitude ont un avenir et une valeur patrimoniale certaine. Ainsi l’effort de lutte sanitaire doit être concentré sur ces zones.

 

 

 

Epicea_Ipstypo_dors.jpg 

Photo : Thierry Durand, DSF

Comment lutter ?

Pour lutter efficacement contre la propagation des scolytes, les bois atteints doivent être exploités avant que la nouvelle génération s’envole. Il faut entre six et dix semaines pour que le scolyte effectue son cycle de développement. Les premiers signes d’attaque doivent donc être détectés le plus rapidement possible. Ils sont très discrets et il est donc nécessaire de parcourir le peuplement pour repérer les atteintes. L’exploitation des bois identifiés doit ensuite être très rapide. Cela requiert une organisation parfaite entre les différents acteurs. Les bois peuvent être exportés puis commercialisés ou écorcés et laissés sur place. Il n’est pas nécessaire de bruler les écorces pour éliminer les scolytes. De même les scolytes se développent majoritairement sur les bois de diamètre supérieur à 20 cm, les rémanents d’exploitation ne sont donc pas problématiques. Enfin, les bois secs peuvent rester en forêt car les scolytes attaquent les bois verts.

Pour les exploitations des Epicéas non atteints, il faut également évacuer le plus vite possible les bois fraichement exploités afin d’éviter que les scolytes viennent se développer dans les grumes.

Dans les territoires les plus touchés, des arrêtés de lutte obligatoire sont mis en place pour obliger les propriétaires à lutter contre la propagation des scolytes en exploitant leurs bois atteints rapidement.


Le projet mené par le Parc

Dans cette perceptive, la DRAAF (Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt) et FiBois Bourgogne-Franche-Comté ont mandaté le Parc naturel régional du Haut-Jura pour étudier, en concertation avec l’ensemble des acteurs du territoire, la faisabilité de la mise en place d’un dispositif permettant la détection et la neutralisation précoce des attaques de scolytes. Le but est d’enrayer la propagation des insectes afin de protéger les pessières d’altitude. L’analyse des retours d’expérience existants permettra de proposer un protocole d’intervention à adapter aux spécificités du territoire afin d’organiser une chaîne d’intervention efficace, de la détection en forêt jusqu’à la scierie.

 

Télécharger la fiche de présentation du projet porté par le Parc


Pour en savoir plus

https://agriculture.gouv.fr/telecharger/45531?token=f5e0b9018fe4b724cc7bb45cf9d8db6b4f0d7f37c8931ce196720396405e39ef

http://draaf.bourgogne-franche-comte.agriculture.gouv.fr/Sante-des-forets

http://draaf.auvergne-rhone-alpes.agriculture.gouv.fr/Sante-des-forets

Exemple d’arrêté de lutte obligatoire sur le département de l’Ain : http://www.ain.gouv.fr/IMG/pdf/20190809apscolyte2019.pdf

 


Contacts Parc

Margot LEPETIT et Carole ZAKIN

 

Bibliographie :

Situation de l’épicéa commun liée aux attaques de scolytes en région Bourgogne-Franche-Comté, Reprise des vols et attaques de scolytes, Information technique DSF Avril 2020, pôle Bourgogne-Franche-Comté


Tout savoir sur le Parc
Ses missions, son projet
Le Parc, un territoire d'exception
Paysages, espèces, savoir-faire
Les Délégués du Parc
Leur rôle, les outils mis à leur disposition
Jura, le temps d'une montagne
Un film pour présenter le massif du Jura
Découvrir la Maison du Parc
Exposition permanente Haut-Jura, terre vivante
Quiétude attitude
Pratiquer mes loisirs en respectant la nature
HAUT-JURA RANDO
Trouvez votre randonnée sur mesure
Publications
Toutes les publications éditées par le Parc
Marchés, procédures
Marchés publics et consultations
Délibérations
Délibérations officielles du syndicat mixte du Parc
Bonnes pratiques
Conseils, informations