Milieux naturels

Un patrimoine naturel très varié                                      

Même si la forêt dominante constitue la première richesse écologique, les milieux naturels ouverts que sont les tourbières, les pelouses, les prairies de fauche, les falaises offrent une mosaïque d'habitats pour de très nombreuses espèces.

 

foret.jpg

Les forêts et les pré-bois

Les forêts haut-jurassiennes apparaissent souvent très sombres du fait de la place importante des résineux (épicéa notamment). Omniprésentes sur le territoire, elles sont essentiellement gérées en futaie jardinée, mode d’exploitation qui favorise la croissance d’espèces variées (mélange résineux-feuillus) à différents stades de maturité. Cette diversité biologique du milieu permet également le maintien d’espèces animales emblématiques telles que le grand tétras, le lynx...

Espace de transition entre l’herbe et la forêt, le pré-bois donne un caractère très particulier au Haut-Jura. Il correspond à un équilibre entre deux objectifs de production : l’herbe pour le pâturage et le bois pour le chauffage.

 

Pour allez plus loin (fiche pdf 500Ko) :

        - Forêt ou forêts ?

        - L’érablaie à scolopendre

        - La tillaie sèche

 

tourbieres.jpg

Les tourbières

Le Haut-Jura abrite près de 2% de milieux humides qui sont essentiellement des tourbières et des marais, fragiles empreintes des glaciers dont le Jura était recouvert il y a 10 000 ans. Pour découvrir ces milieux naturels qui contiennent une flore et une faune rares comme la droséra, petite plante carnivore, la linaigrette ou encore la demoiselle bleue, rien de plus agréable et dépaysant que de parcourir les platelages de bois qui serpentent dans les tourbières de Remoray, de Mouthe, du lac des Rousses ou du lac de Lamoura et encore des tourbières de Prénovel.

 

Pour allez plus loin (fiche pdf 500Ko) :

       - Les tourbières

       - La tourbière basse alcaline

       - La tourbière boisée

       - La tourbière d'Entrecôtes-du-Milieu

       - Les tourbières de la Rixouse

 

pelouses.jpg

Les pelouses sèches

Deux types de pelouses sèches sont présentes dans le Haut-Jura :

- Les pelouses primaires ou naturelles qui existent et se maintiennent sans intervention de l’homme, sous l’influence de fortes contraintes du climat et du sol (Haute-Chaîne ; principaux sommets)

- Les pelouses secondaires engendrées par les activités agricoles  provenant d’anciens vignobles, de cultures, de vergers et de pâtures surtout. Elles sont abandonnées petit à petit et le boisement les menace. Elles sont d’un intérêt écologique majeur et abritent de nombreuses espèces d’orchidées dont l’orphrys abeille, l’orchis brûlée… mais également des oiseaux comme l’alouette lulu ou la pie grièche écorcheur….

 

Pour allez plus loin (fiche pdf 500Ko) :

        - La pelouse sèche

        - La pelouse montagnarde

 

 

 

prairies.jpg

Les prairies de fauche

Selon la flore qui les compose, on distingue plusieurs types de prairies de fauche ; elles peuvent être plus ou moins humides, développées sur un sol plus ou moins épais. Elles abritent une diversité floristique remarquable qui leur donne, en période de floraison en juin-juillet, de très belles colorations. Elles hébergent aussi plusieurs espèces de papillons (nacré de la bistorte, azuré des mouillères) ainsi que des oiseaux de grand intérêt (râle des genêts, tarier des prés).

Chaque année, le Parc organise un concours des prairies fleuries afin de sensibiliser habitants, agriculteurs et élus à cette problématique. N’oublions pas que la diversité floristique des prairies de montagne est à l’origine du goût des fromages comme le Bleu de Gex, le Morbier, le Comté ou encore le Mont d’Or.

 

Pour allez plus loin (fiche pdf 500Ko) :

         - La prairie de fauche de montagne

         - Le concours prairies fleuries

 

 

falaises.jpg

Les milieux rupestres

Les milieux rupestres (falaises, éboulis, rochers) sont particulièrement exigeants pour les espèces qui s’y installent. En effet, les écarts thermiques importants, une exposition à l’ombre ou au soleil, l’absence ou la finesse du sol, constituent autant de conditions de vie très difficiles. Généralement, non accessibles à l’homme, ces milieux abritent encore une faune et une flore rare et riche. Les plantes de cet univers minéral ont développé des moyens astucieux de survie : feuilles charnues constituant des réserves en eau, pilosité limitant la transpiration, nanisme… Certaines d’entre elles stabilisent et enrichissent le sol attirant ainsi d’autres végétaux et animaux (insectes, chauve-souris, oiseaux). Dans le Haut-Jura, la roche calcaire apparaît partout en larges pans et donne au paysage son caractère rupestre.

 

Pour allez plus loin (fiche pdf 500Ko) :

        -  Les grottes

 

      Haut de page                     

Portail Ecotourisme
Une montagne à découvrir
Boutique
Livres, guides, jeux
Cartographie
Portail cartographique
Boîte à outils du délégué
Documents, contacts, références, ...
Bonnes pratiques
Conseils, informations
Tout savoir sur le parc
organisation, fonctionnement
Délibérations et comptes rendus
Comités, bureaux
News, Journal
Les actualités du Parc
Marchés, procédures
Marchés publics et consultations