Suivi des cours d'eau

Pont_La_Rixouse.jpg

 

A travers sa charte, le Parc s'est vu déléguer par les communes une compétence spécifique sur la gestion des rivières.

 

Il assure ainsi la maîtrise d'ouvrage, la conception, la programmation et la réalisation des travaux tels que la restauration des milieux aquatiques sur le plan écologique et piscicole ainsi que la gestion courante des cours d'eau : entretien de la végétation de berge, gestion de certaines érosions, suivi des milieux, etc.

 

Cette compétence s'appliquait initialement au seul Bassin versant de la Bienne et à la Haute Vallée de l'Orbe. Elle est désormais étendue au Bassin Versant de la Valserine et de la Semine, ainsi qu' au cours de la Saine et de la Lemme.

 

Entretien de la végétation des berges des cours d’eau

 

Pourquoi ces chantiers ?

Sur les cours d’eau non domaniaux, d’après le code de l’Environnement (article L215-14), l’entretien de la végétation des berges est un devoir incombant aux propriétaires riverains. L’objectif de cet entretien sélectif est d’assurer le bon écoulement de l’eau et prévenir la formation d’embâcle (barrages naturels) au droit d’ouvrages de franchissement ou d’infrastructures. Or en pratique cet entretien n’est pas toujours effectué, pour de multiples raisons : abandon de parcelles, terrains de montagne difficiles d’accès, aucune compétence pour intervenir, peu de solidarité amont-aval, manque de vigilance et de culture du risque etc.

 

Pour pouvoir intervenir sur des parcelles privées, avec l’accord des propriétaires, le Parc a réalisé une Déclaration d’Intérêt Général (DIG). La DDT du Jura, qui centralise les demandes, a accordé au Parc le droit de réaliser ces travaux.

 

Régulièrement, les techniciens rivières du Parc parcourent les zones à enjeux afin de planifier des chantiers d’entretien des berges . L’amont des villes, des villages, les abords des ponts et les traversées urbaines sont particulièrement surveillés et inspectés en priorité étant donné le risque important de formation d’embâcles, suite à des épisodes de montée des eaux. 

 

En 2017, une intervention (travaux de bucheronnage et débardage) sur 8 sites a été jugée prioritaire. Les critères déterminants ont été la quantité d’arbres penchés ou tombés dans le lit du cours d’eau, ainsi que la proximité d’ouvrages (types ponts, routes) et de zones habitées.


carte_intervention_2017.jpg

Pour en savoir plus sur chacun des chantiers, consultez les fiches chantiers :

 

1-Traitement d’un embâcle sur la Bienne - Longchaumois/Villard sur Bienne

2-Entretien des caissons végétalisés - Retenue d’Etables à Saint Claude

3-Chantier d’entretien de la ripisylve - Berges de la Biennette à Prémanon

4-Chantier d’entretien de la ripisylve - Berges de l’Evalude à Bellefontaine et Morbier

5-Chantier d’entretien de la ripisylve - Berges du Tacon à Saint Claude

6-Chantier d’entretien de la ripisylve - Berges du Longviry et berges de la Bienne à Chassal et Molinges

7-Chantier d’entretien de la ripisylve - Berges de l’Héria à Jeurre

8-Chantier d’entretien de la ripisylve - Berges du Merdançon à Arbent

 

Dans les années à venir, d’autres linéaires de rivière, bénéficieront d’un même entretien.


Par qui ?

 Pour la réalisation de ces travaux, le Parc a réalisé cet été un appel d’offre. C’est un groupement d’entreprises haut-jurassien, spécialisé dans ce type de travaux forestiers, et représenté par Jura Environnement (la Pesse, 39) qui a obtenu l’ensemble des 8 chantiers. Le montant total des travaux est de 35 800 € HT. Ils sont financés par l’intermédiaire de la cotisation annuelle des communes du bassin versant à un budget spécifique du Parc pour la gestion et l’entretien des rivières.

 

 

 Intervention sur la Biennette en septembre 2017


Quand ?

Ces chantiers, qui comprennent des travaux d’élagage, de bucheronnage et de débardage, sont réalisés entre les mois de septembre et novembre, afin de ne pas déranger les oiseaux qui viennent nicher dans les arbres au printemps et durant l’été. Pour l’entreprise qui intervient, il est également plus aisé d’intervenir sur des arbres défeuillés, et avant que l’hiver ne s’installe (conditions d’accès et protection des frayères dans le lit du cours d’eau)

 

Contacts :

Bassin versant de la Valserine : Samuel Delacroix

Bassin versant de la Saine : Aimé Ecoiffier

Bassin versant de la Bienne : Aimé Ecoiffier ou Samuel Delacroix

 

Portail Ecotourisme
Une montagne à découvrir
Boutique
Livres, guides, jeux
Cartographie
Portail cartographique
Boîte à outils du délégué
Documents, contacts, références, ...
Bonnes pratiques
Conseils, informations
Tout savoir sur le parc
organisation, fonctionnement
Délibérations et comptes rendus
Comités, bureaux
News, Journal
Les actualités du Parc
Marchés, procédures
Marchés publics et consultations