Covoiturage, une autre manière de se déplacer

 

Contexte

 De façon à apporter une réponse à la problématique des déplacements domicile travail en voiture individuelle, le Parc naturel régional du Haut-Jura, et l’association arc jurassien.ch portent un programme INTERREG de coopération franco-suisse destiné à promouvoir la pratique du covoiturage à l’échelle du massif. Outre le Parc et arc jurassien.ch, ce programme associe :

  •  Le Pays du Haut-Doubs, le Pays Horloger, le Pays des Portes du Haut-Doubs pour la partie française.
  • L’Association pour le Développement des Activités Economique de la Vallée de Joux, l’Association pour le Développement du Nord Vaudois, les villes du Locle et de la Chaux de fonds réunies au sein de l’Agglomération Urbaine du Doubs, la République du Canton du Jura, le Val de Travers et le Jura Bernois pour la partie suisse.
douane.jpg

 

Mis en œuvre sur la période 2011, juin 2015 ce programme aura permis de :

 Identifier en relation avec les collectivités les aires de covoiturages et les matérialiser par une signalétique.

  • Créer un site internet et une centrale téléphonique permettant de mettre en relation les équipages.
  • Sensibiliser les entreprises et les salariés à la pratique du covoiturage. 195 entreprises ont été contactées et 72 ont bénéficié d’animation en interne soit plus de 16 000 salariés concernés.
  • Mettre en place deux challenges covoiturage inter-entreprises.
  • Editer des outils de communication dédiés (conférences de presse, flyers, animations frontaliers…).
  • Expérimenter une ligne de covoiturage spontanée sur l’axe Morteau, la Chaux de Fonds.

 

Les résultats enregistrés fin 2014 permettent d’estimer à 19% la part modale du covoiturage aux postes frontières soit un taux plus élevé par rapport aux données observées sur d’autres secteurs (ex 7% parc industriel de la plaine d’Ain). Sur la base d’une distance moyenne de 60 Km/jr ce sont 2500 euros et 7000 km de voitures économisés annuellement par covoitureurs, et 1.2 t de CO non rejetée. Le programme aura au final permis de convertir 1000 nouveaux covoitureurs.

 

Programme  INTERREG 2015-2018 « Promotion du covoiturage sur l’arc jurassien »

De façon à prolonger la dynamique initiée lors de cette première période, les partenaires du projet ont souhaité poursuivre les actions engagées dans le cadre du  programme INTERREG « Promotion du covoiturage » sur les années 2015-2018, en réaffirmant les composantes du projet :

  • Proposer une mise en relation humanisée par le biais de la centrale téléphonique. Cette solution flexible permet de rassurer les utilisateurs, de proposer des solutions adaptées tant sur les horaires et plannings que sur la régularité du covoiturage (covoiturage régulier, occasionnel ou ponctuel pour les dépannages).
  • Centrer l’action sur le motif domicile-travail, le plus impactant en kilomètres parcourus et qui reste un motif structurant dans la mobilité des ménages.
  • Mettre l’essentiel des efforts sur l’animation du dispositif dans les entreprises, qui demeurent l’échelon le plus pertinent dans le développement du covoiturage.
  • Concevoir un partenariat avec des organismes de terrain, associations de développement économique côté Suisse, structures de coopération (Parc, Pays, communauté de communes, communes) côté France.

 

Quatre thèmes de travail sont privilégiés dans ce 3ème programme :

 

Continuer à innover pour simplifier au maximum l’inscription et le passage à l’acte, au niveau et par le biais de l’entreprise et par une collaboration plus étroite avec les associations de Frontaliers, tout en continuant à privilégier l’interopérabilité humaine, via la plateforme téléphonique, entre sites de covoiturage.

  • Développer un applicatif de covoiturage plus proche des entreprises
  • Proposer un nouveau service aux associations de frontaliers pour faciliter les mises en relation
  • Privilégier une interopérabilité humaine
  • Expérimenter des lignes de covoiturage spontannée

 

Toucher de nouveaux publics en continuant l’élargissement territorial, en impliquant mieux les PME et les salariés du secteur tertiaire et en explorant de nouveaux motifs fortement générateurs de trafic et de kilomètres.

  • Elargir le dispositif à de nouveaux territoires : sur France communauté de communes du Lomont,  communauté de communes du Sud du Territoire, sur Suisse Communauté Urbaine du Littoral Neuchatelois, la Béroche, Entre deux Lacs et Val de Ruz
  • Transférer les méthodes expérimentées auprès des entreprises Françaises
  • Tester le covoiturage dans le cadre de nouveaux motifs de déplacements : événements

 

 Intensifier le programme : il s’agit de poursuivre les animations, améliorer les échanges de bonnes pratiques entre entreprises, continuer à aménager des parkings en cas de besoin.

  • Développer la centrale téléphonique et le site internet
  • Continuer les animations : challenge, animations en entreprise et dans les communes
  • Animer régulièrement les Comités Mobilité au sein des entreprises
  • Augmenter les capacités de stationnement

 

Pérenniser le dispositif : il s’agira, au travers d’une argumentation sur l’économie de la mobilité, d’imaginer un modèle pérenne associant entreprises, collectivités et usagers.

  • Affiner l’analyse économique des coûts publics et privés du covoiturage
  • Proposer un modèle économique partenarial

 

Ce programme bénéficie du soutien financier de l’Union Européenne, du Commissariat de Massif du Jura ainsi que de la Confédération Suisse.

 

Les informations et les ressources liées à la mise en œuvre de ce projet sont accessibles sur le site : www.covoiturage-arcjurassien.com

 

Contact Parc : Edouard Prost, directeur adjoint pôle aménagement et développement

 

 

 

 

Portail Ecotourisme
Une montagne à découvrir
Boutique
Livres, guides, jeux
Cartographie
Portail cartographique
Boîte à outils du délégué
Documents, contacts, références, ...
Bonnes pratiques
Conseils, informations
Tout savoir sur le parc
organisation, fonctionnement
Délibérations et comptes rendus
Comités, bureaux
News, Journal
Les actualités du Parc
Marchés, procédures
Marchés publics et consultations